Sélection au "15 Bis"

~

Nantes, le 8 mars 2007.

 

Historique.

En décembre 2001, à Nantes, le Lieu Unique (Scène Nationale) ouvrit la première scène régulière de poésie hors Région Parisienne. Animée par l'éminent Pilote le Hot, cette scène permit au public et aux poètes nantais la découverte et la pratique de cette discipline.

La scène du 15 Bis, Restaurant Bar d'Ambiance, vit le jour le 17 juin 2004, la semaine qui a précédé le 1er. Grand Slam National (GSN). Elle a été lancée par trois membres de l'équipe qui allait représenter la scène du Lieu Unique au dit GSN. Jusqu'en janvier 2005, elle a fonctionné comme scène ouverte. Dès février 2005, elle est devenue une scène où se déroulent des tournois.

En octobre 2005, une troisième scène nantaise vit le jour, celle de l'Art Scène. En mai 2006, le Lieu Unique, considérant qu'il avait rempli son rôle de défricheur, décida d'arrêter sa scène mensuelle. En septembre de la même année, trois nouvelles scènes furent lancées (Le Violon Dingue, Le Live Bar et Le Clou qui r'ssort). Et en octobre, encore une autre (Le Cascabel). Ce qui fait en tout six scènes qui se portent bien.

La relève est assurée.

En 2005 et 2006, la scène du 15 Bis, de par ses liens avec celle du Lieu Unique, n'a pas jugé utile de briguer une place au Grand Slam National. Par contre, cette année 2007, il lui revenait la responsabilité d'assurer une représentation des poètes nantais à Bobigny.

Journée Internationale des Femmes.

Le 8 mars, deuxième jeudi du mois, vingt poètes étaient au rendez-vous au 15 Bis. Trois mois plus tôt, une condition pour s'inscrire à la sélection avait été annoncée : pas d'invité surprise, il fallait avoir participé au moins à trois scènes. L'information est bien passée, tous les prétendants étaient des gens qui, avec leur présence, font vivre régulièrement le slam poésie. Dans le jury, deux orthophonistes, un informaticien, une poète (elle venait pour la première fois au slam) et une lavandière. Pour permettre au jury de se faire la main, la soirée débute avec trois poètes de calibrage, dont l'animateur de la scène du 15 Bis, Patricio. Tout de suite après, le grand jeu commence ! Le premier à passer, Décharge, un familier des scènes, pourtant, encaisse avec douleur l'ouverture de bal. Visiblement pas assez chaud, il n'arrive pas à s'envoler comme d'habitude. Déséquilibré, en plus, il fait un temps qui dépasse les 3'40". Cela fait une pénalité de 2 points ! Ah, ce qu'elle est cruelle, la vie de poète, lorsque le tirage au sort nous joue un vilain tour. Deux poètes plus tard, encore une disgrâce. Un poète chevronné, que l'on voyait déjà en demi-finale individuelle à Bobigny, est frappé par le mauvais sort. Certes, Poison d’Avril récolte les plus hautes notes données par les jury jusque là, mais pas aussi élevées qu'elles auraient pu l'être dans le seconde moitié du set. Le temps ? 3'19" ... Cela ne fait qu'un demi point de pénalité, mais assez pour lui être fatal. La salle est comble. Des flash fusent des tous le côtés. Le cinquième à monter sur l’estrade a fait partie de l'équipe du Lieu Unique en 2006, il s’agit de Lolo le conteur. Il sort le texte avec lequel il avait été sélectionné l'année dernière. Après son intervention, l'animateur le fait remarquer. Il rappelle, comme c'est précisé dans le tract diffusé trois mois plus tôt, que lors du Grand Slam à Bobigny on ne pourra pas répéter des textes dits lors des GSN précédents. Effectivement, le tract en question ne spécifiait pas que lors de la sélection au 15 Bis on ne pouvait pas répéter un texte utilisé lors des sélections passées. Donc, avec 25,4 comme note, ce poète passera en finale. Le tournoi est déjà bien entamé. Soudain,  le public s'enflamme : c'est le tour de Monsieur Mouch, animateur de trois autres scènes nantaises, membre de l'équipe du Lieu Unique en 2005, et de celle de Nanterre en 2006. Il fait un tabac. Il aura un 27,5, la plus haute note du premier tour.  Nous arrivons à mi-chemin, neuf poètes sont déjà passés. Cette fois-ci, c'est Yas, la première femme de la soirée. Elle fut sélectionnée pour le GSN 2005. Elle est en forme. Elle arrache un 27,1 et sera en finale. Puis, en treizième, c'est le tour de Jean-Michel qui gère le blog des slameurs nantais, qui, après les 2ème. et 3ème. GSN, voudrait bien se faire le 4ème. aussi. Et c'est en route, pour l'instant. Il arrachera le premier et unique dix ce tour. Un dix comme celui-là, même s'il sera enlevé (étant la note la plus élevée) c'est un dix qui vaut cher et qui marque. Trois poètes plus tard, c'est la troisième femme qui, elle, passe en seizième. C’est Anna, elle est co-animatrice d'une des scènes nantaises. En 2006, à la sélection au Lieu Unique, elle a été cinquième à la finale. Mais cette foi-ci elle ne vient pas pour gagner, juste pour jouer, pour se faire et nous faire plaisir, en nous présentant un texte tout nouveau. Deux messieurs passent ensuite et on arrive presque au terme du premier tour. Il ne reste que deux jeunes femmes à écouter. Et là, c'est l'apothéose. L'avant-dernière à se saisir du micro, Emilie, fréquente les soirées slam depuis un an environ. Elle n'a voulu monter sur scène que ces deniers mois. Et à chaque fois elle surprend tout le monde avec son énergie, la force de ses images, où elle révèle une riche sensibilité. Elle récolte 24,9 et on sait déjà qu'elle passera en finale. Pour terminer, une grosse écharpe autour du cou, car elle a un ennui avec sa voix, notre vingtième poète, Pauline, monte sur scène. Après l'orage, après la foudre de la poète précédente, son style calme et doux fait de l'effet. Elle sera la sixième à gagner sa place en finale.

Finale d'enfer.

Après une pause, Yas est la première a être appelée devant le micro. Elle fait dans l'accéléré-chanté-dansé, du rythmé endiablé. Le jury lui accorde un 26,7. Ensuite, c'est Jean-Michel. Excellent. La fluidité, le jeu de mots, la musicalité ... Avec 28,3, ce sera la note la plus haute de la sélection.  Maintenant, c'est le tour de Monsieur Mouch, qui se livre à un surprenant jeu d'improvisation. Il passe en revue le déroulement de la soirée, la composition de la finale, fait un détour sur l'historique du slam à Nantes ... Il tient en haleine la salle, ça va être bon pour lui, cela aurait dû être bon pour lui. Mais c'était sans compter avec le chronomètre, qui accuse un peu moins de 4' ... 2,5 points de pénalité, ramenant sa note à 24,9. Ah ce que cela peut faire mal ... A présent, c'est Emilie qui frappe à nouveau. 27,8, ce qui la placera en deuxième position. Arrive Lolo le conteur. Il attaque un texte succulent. Il s'agit d'une leçon de morale au second degré.  Ca mord, ça chatouille, ça brosse, ça rebondit, ça retombe sur ses pieds et ça continue, ça continue, ça continue ... C'est délicieux mais ... Mais qu'est-ce qu'il nous fait ? Le temps ! Le temps ! Enfin, c'était superbe mais cela lui vaut 4,5 de pénalité (nous vous laissons déduire la durée de sa prise de parole) ce qui lui fait un 23,8 comme score. Après le rouleau compresseur énergétique et hilarante de Lolo, c'est encore à Pauline de conclure. Comme au premier tour, sans euphorie, avec tact, finesse et humour, elle pose son texte dans la douceur. Elle obtient 27,1. Bilan : l'équipe du 15 Bis sera constitué par Jean-Michel, Emilie, Pauline et Yas. Le 8 mars aura bien porté chance aux filles.

 

Patricio.


Tous les résultats + photos de l'équipe : (...)
D'autres photos : (...)
L'Equipe vue par Robert To : (...)
D'autres photos de Robert To : (...)
Retour à l'accueil